Science-Fiction et Fantastique

   

Moi et la SF.
Mes écrivains préférés
Thèmes et oeuvres.
 

 mise à jour avril 2007


 

 Moi et la SF.

Un moment important dans ma vie : la découverte de la science-fiction. Je devais avoir 11 ou 12 ans et ma mère s'inquiétait de mon peu d'intérêt pour la lecture.

 

Pourtant, je fréquentais assidûment le CDI de mon collège. Le premier écrivain de Science-fiction que j'ai découvert est belge et non français comme je l'ai cru longtemps. Il s'agit de Philippe Ebly, auteur notamment de la série "Les conquérants de l'impossible" qui était alors publiée dans la bibliothèque verte.

 

Ce n'est qu'après coup que je place Ebly dans les écrivains de SF. Cet écrivain était un peu délaissé mais un livre vient de sortir consacré à son oeuvre.

  

 

 

Par la suite, je découvris réellement ce qu'est la SF à l'occasion d'un cadeau de Noël : 5 livres de la collection "Présence du Futur".

Il y avait "Histoires mystérieuses" d'Isaac Asimov,

Les "Chroniques Martiennes" de Ray Bradbury,

 

 "Les insolites" de René Susan...

 

 Ma chère mère avait pris la précaution de ne choisir que des recueils de nouvelles, souhaitant sans doute m'initier en douceur.

Pour moi ce fut un choc, une révélation. Il y avait d'autres écrivains que Philippe Ebly dont l'imagination échappait aux routines du quotidien.

Plus tard, il y eut "Dune" de Franck Herbert, "Fondation" d'Asimov, "Histoire du futur" de Robert Heinlein...

 


 

 Mes écrivains préférés

  

Celui qui m'a le plus marqué est sans doute Robert Heinlein, que je relis toujours avec plaisir, même si je ne suis pas toujours d'accord avec certaines de ses idées. Du point de vue de l'écriture, c'est une référence. A découvrir en V.O., si vous en avez l'occasion.

Je vous recommande notamment :

 

Une porte sur l'été

Révolte sur la Lune

En Terre étrangère

Etoiles, Garde à vous (Starship Troopers)

Marionnettes humaines alias Les Maîtres du Monde (The Puppet Masters)

Le Chat Passe-Muraille

Citoyen de la Galaxie

Le vagabond de l'espace

 

  

Isaac Asimov, le plus traduit sans doute des écrivains américains, m'a plus d'une fois surpris par la richesse de ses idées et l'ampleur de sa vision. Quelques titres :

 

le cycle de Fondation

Les derniers m'ont déçu, mais la trilogie initiale est remarquable. 

Fondation

Fondation et Empire

Seconde Fondation

 

Le Livre des Robots (nouvelles)

Les Cavernes d'Acier

Cailloux dans le Ciel

Les Dieux eux-mêmes

 

  

Dans un autre style, Robert Sheckley a un humour que j'adore. Il arrive à mettre l'humanité en face de ses contradictions et de sa suffisance tout en nous faisant rire des malheurs de ses "héros".

 

Les erreurs de Joenes

Oméga

Douces illusions

La dimension des miracles

Le livre d'or de Robert Sheckley recèle quelques trésors qui valent le détour

 et une myriade de nouvelles...

 

 

 

 

Cliquez ici pour m'écrire.

 
 


 

 Thèmes et œuvres

  
Les thèmes en science-fiction sont toujours piégeux... En fait, les meilleures œuvres sont rarement classables dans un seul thème.
De même, certains thèmes se recouvrent les uns les autres.

 

Par exemple, le thème du surhomme et celui du mutant.
Dans des œuvres aussi différentes que l'Empereur-Dieu de Dune (F. Herbert), Fondation et Empire (I. Asimov), En Terre étrangère (R. Heinlein), A la poursuite des Slans (A.E. Van Vogt) ou Les plus qu'humains (T. Sturgeon), l'histoire se construit autour d'une confrontation entre un ou plusieurs êtres supérieurs et une humanité "normale" incapable d'accepter d'être dominée ou simplement concurencée.
Cet être supérieur a pu acquérir ses pouvoirs par l'expérience et le travail, résulter d'une manipulation, ou être le fruit d'une évolution inéluctable.
Mais en réalité, l'enjeu pour ces surhommes est souvent de prouver qu'ils sont avant tout des hommes, que leurs pouvoirs transforment comme ils transforment tout individu...
De ce fait, ces romans sont plus souvent des réflexions sur la nature de l'humain et de sa relation au pouvoir...
Avec ce constat : il est bien difficile de faire évoluer l'humanité.
 
De façon générale, la SF la plus intéressante est celle qui s'intéresse à l'humanité.
La science y est finalement présente en tant que prétexte, ou en tant qu'outil.
Elle permet de présenter des situations qui, si elles sont plus ou moins probables, attirent l'attention et suscitent la réflexion du spectateur. Ceci au point que certains écrivains refusent l'étiquette SF, qui leur semble trop restrictive.
...
 à suivre
 
 Vers le début de la page